Une déclaration du doyenné du Denaisis sur la période actuelle

Message de la communauté catholique des paroisses du Denaisis

banner-5223288_640 banner-5223288_640  

La communauté catholique des paroisses du Denaisis comme l’Eglise universelle a célébré la Pentecôte, qui nous rappelle la présence à nos côtés de l’Esprit de Jésus.

Autant l’ouverture progressive des églises nous réjouit, autant la fermeture annoncée des usines, de commerces, de restaurants, de lieux d’échanges et de vie nous invite à l’humilité et à être solidaires des victimes collatérales du virus. La crise sanitaire a accouché d’une crise sociale.

Les catholiques, comme d’autres croyants, nous portons dans la prière et la réflexion les angoisses, les peurs, les injustices de notre monde.

La prière n’a de sens que si elle nous change aussi dans notre façon de vivre notre humanité dans nos liens de solidarité, de justice et de paix.

Le Dieu de Jésus Christ nous fait la promesse d’une « vie en abondance » pour tous (St Jean ch. 17), en particulier les plus fragiles. Oui, nous croyons que Dieu veille sur nous, comme un « Père », mais il compte sur nous pour que nous prenions soins les uns des autres. Peut-être avons-nous besoin de relire la période que nous venons tous de vivre, confinés ou actifs, fragiles et pourtant solidaires, priants ou pas. Profitons de moments et lieux ouverts à tous où nous pouvons nous exprimer, notamment dans les actions de changements, personnels et sociétaux. L’Eglise fait des propositions en ce sens.

Le pape François nous invite à une conversion humaniste et écologique qui mette fin à l’idolâtrie de l’argent et qui place la vie et la dignité humaine au cœur de notre société.

L’après pandémie nous oblige à changer nos comportements de consommations, et à revoir nos priorités face à l’argent, au travail, au soin à prodiguer à celles et ceux à nos côtés, à la sante.

Catholiques dans le Denaisis nous exprimons notre solidarité avec tous les hommes et femmes de bonne volonté qui agissent pour le bien commun. Comme l’affirme notre père Evêque, la grave crise sanitaire que nous traversons ne peut en aucun cas justifier des décisions économiques motivées par la rentabilité et le profit (annonce concernant Renault dans la Sambre). Au contraire, n’est-ce pas l’occasion de rechercher de nouvelles voies sur les fondements de la justice sociale et de la dignité du travail et de toute personne ?

 

Prêtres et laics catholiques du Denaisis, le 2 juin 2020

Article publié par Doyenné du denaisis • Publié le Vendredi 05 juin 2020 • 726 visites

keyboard_arrow_up